Nous passons notre vie à nous tricoter.
- Boris Cyrulnik, Un merveilleux malheur.

A force de tricoter du lien sur les réseaux sociaux, un jour, on finit par trouver une paire d'aiguilles dans une boite de soins.

C'est ainsi que tout a commencé.

Pw3

Quelques jours après le message sybillin d'Emmanuelle, un colis est arrivé.
Imposant et léger. Trop grand pour contenir une de ces magnifiques photo du lieu paradisiaque où Emmanuelle et Pierre ont jeté l'ancre.
Pas assez lourd pour contenir une bouriche d'huîtres. Une chance, je n'en mange pas.
Un son feutré. Une odeur boisée de patchouli.

J'ignorais encore que le colis était piégé à la nostalgie.

Pw5

Ayant un goût pour les devinettes inversement proportionnel à ma patience, j'ai rapidement ouvert le paquet et là, j'ai enfin compris.

Pw6Pw7

Peace and Wool, c'est eux ?!

J'avais bien vu passer des messages vantant les vertus apaisantes du tricot, messages que j'avais pris pour une de ces vieilles blagues dont le contexte m'échappait.
- Il paraît qu'il faut trois moutons pour tricoter un pull. - J'ignorais que les moutons savaient tricoter.

Plus personne ne tricote.

Surtout pas moi.
Bien qu'ayant appris de ma grand-mère à manier les aiguilles avec autant de grâce et de dextérité qu'un évantail un après-midi de Corrida, je n'ai plus vu ni touché une pelote de laine depuis ... le siècle dernier !  

Mais, en déballant le contenu du paquet...

Pw12Pw8Pw11Pw10Pw9

Bravo Emmanuelle, bravo Pierre ! Merci pour cette redécouverte de tous les sens !

J'admire un peu sonnée le contenu du paquet, je (re)visite le site. J'aime. 

Non seulement l'idée de Peace and Wool est excellente mais elle est brillamment exécutée.
Du site, fluide, clair, aéré, à la conception du colis, tout donne envie.

In their own words, en ces temps de "résistance indignée, tricoter c'est renouer avec ce qu'on a oublié de nous apprendre, parce que nés dans le prêt à consommer. C'est aussi fabriquer quelque chose, donner de son temps et son attention, donner du sens à donner, donner de ses mains."

Voilà. Proust, A la recherche du temps perdu... "il lui répondit que j'étais trop émotif et que j'aurais eu besoin de calmants et de faire du tricot." J'en connais un bon peu, comme disait ma grand'mère, à qui cela ferait effectivement le plus grand bien.

J'ai lu aussi des commentaires s'étonnant des prix. C'est vrai, ce n'est pas donné.
Mais, non seulement la qualité des produits, le soin porté à la rédaction des notices et le goût du détail dans les accessoires qui composent le paquet le justifient, mais justement, il est aussi un détail qui rend nécessairement le coût élevé. Ce n'est pas donné...

Comme chez le psy, pour que "ça" tricote (de maille), il faut aussi que ça coûte !

Tricoter. Tricoter ? Et pourquoi pas !

Alors, c'est décidé, je m'y remets !
Je m'entraine avec ce premier modèle donné, et ensuite je paye de ma personne : objectif, la giga étole frangée et tweedée en mérinos extra fin et mohair. 84 euros. Plus les 15 à 20 heures que je devrais donner pour la terminer.
Eprouver la satisfaction de m'emmitoufler dedans au plus tard l'hiver prochain, ou l'offrir en disant "C'est moi qui l'ai fait", "ça", ça n'a pas de prix !

Pw2Pw1

En ces temps de guerre des internets et des copyright, il faut peut-être commencer à trouver une activité de transfert qui occupe les doigts, les yeux et le neurone qu'il nous reste.
De "Can you triforce?" à "can you tricot ?". Pourquoi pas.

 

 

 

 

Tag(s) : #e-commerce

Partager cet article

Repost 0