Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bientôt sur vos écrans, The Social Network. Le film qui raconte l'histoire de FaceBook à travers celle de son co-fondateur Marc Zuckerberg.
Zuck, pour les intimes du lobby de l'Internet schizophrène.

Car il ya deux films dans le film. Le film sulfureux, celui qui parlera au lobby des gens de la vraie vie. Celui qui raconte Marc Zuckerberg, le raisonneur prétentieux qui se promène en tongs dans la neige, le asshole aviné qui les soirs de beuverie se comporte comme un sagouin, l'adolescent ingrat qui sacrifie amour et amitié sur l'autel de la trahison pour satisfaire des instincts revanchards, l'étudiant malhonnête qui sert ses propres intérêts en flouant ceux des autres.
C'est sans doute ce film là dont Zuck redoutait la sortie. Il a raison, c'est une image peu flatteuse de la face cachée paradoxale que nous portons tous en nous.

Mais l'autre, celui qui justement raconte entre les lignes l'histoire de Zuck le nerd, l'ego de Marc Zuckerberg devrait l'apprécier. Car c'est cet autre film que les intimes du lobby de l'internet verront. L'histoire de Zuck le codeur, celui qui passe ses jours et ses nuits à bouffer du code, animé par la passion et la volonté de porter toujours plus loin un projet qui ne sera jamais terminé et toujours à améliorer. Celui pour qui les contingences extérieures et le solde des comptes en banque n'ont pas grande importance tant qu'il ya assez d'argent pour payer les serveurs (informatiques) et le stock (de bière au frais). Zuck l'entrepreneur. Celui dans lequel se reconnaitront et s'identifieront les gamins de 18 à 77 ans qui, soit par déception amoureuse soit par volonté de changer le monde - au fond n'est-ce pas la même chose ?, confondent jour et nuit en s'usant les yeux sur des lignes de code, dorment quelques heures toutes les 8 heures et qui, à la question "c'est quoi tes projets pour cet été ?", répondent "déployer mon site sur 2 continents" ou "la domination du monde".

Si pour vous l'Internet est un outil qui permet de rester en contact avec vos amis et votre famille, de lire les dernières news et de planifier vos vacances, n'allez pas voir ce film. Il est d'une nullité crasse. Qui pourrait croire un seul instant qu'un gamin de 21 ans passe ses nuits à coder derrière un écran au lieu d'aller décoder les hormones femelles de ses congénères ?

Si pour vous l'Internet c'est la passion de l'entreprise, la découverte de nouveaux territoires, l'expérimentation, la folie de pousser toujours plus loin les idées, la rage de vous lever en pensant travail, vous coucher en pensant toujours travail, ne plus savoir différencier plaisir de travail, alors courrez vite voir ce film. C'est une merveilleuse leçon sur ce qu'est un entrepreneur. Sur la difficulté d'être. Sur l'impossibilité à être parfois compris. Parce qu'on n'a pas 500 millions d'amis sans se faire quelques ennemis !

Ceux qui me connaissent, savent mon aversion pour ce qu'est devenu FaceBook. Peu savent mon respect, voire mon admiration pour Zuck. Je l'ai croisé il ya 2 ans pile.
Je discutais avec @shamir quand Marc Zuckerberg arrivait à la FaceBook Developer Garage entouré d'un service d'ordre disproportionné. Il avait cet air perdu des gamins qui ont du mal à comprendre quand ils suivent le mouvement.
Puis la magie a opéré. Il a commencé à parler de FaceBook. Et là, on a tous vu sortir Zuck. [oui, @nadia, c'est bien toi sur la photo).
Ce soir là, il n'était pas en tongs et il pesait déjà des millions de dollars. Mais il avait ce truc indéfinissable, ce talent qui confine au génie et que je lui souhaite de conserver encore longtemps. Il était animé. Cela n'autorise pas tout, mais cela explique beaucoup.

Je tiens à remercier @sabine et @maylis pour l'invitation à assister à cette projection. Je n'y serais sans doute pas allée à sa sortie. J'aurais eu tort.
Même si le film traine en longueur, concentre un ramassis de clichés et ne m'a rien appris, c'était un plaisir de revoir Zuck dans ce qu'à des années de différence et des océans de distance nous sommes nombreux à partager avec lui : la flamme qui fait se lever le matin et raccourcit les heures passées à dormir.

Edit : A lire absolument [en anglais], la critique de Lawrence Lessig, professeur à Harvard Law School et directeur de la Fondation Edmond J. Safra for Ethics.

FbMzMz2

Photos via

Tag(s) : #social network

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :