- Aujourd'hui c'est la journée mondiale de sensibilisation à l'Otisme.

- Tu as 3 jours de retard, c'était le 2 avril.

- Le 2, c'était la journée de sensibilisation à l'autisme.
Aujourd'hui, c'est la journée de sensibilisation à l'Otisme. Une affection que j'ai attrapée sur le net et que j'espère contagieuse.
C'est le jour d'Otir.

- Haut tir ? Oh tire ? Ôte ire ? Haute ire ? Au tir ? Désolé, je vois pas le point en ligne de mire, myriam.

- Otir, O-T-I-R. C'est son nom. Enfin, celui qu'elle s'est choisie (ou qui l'a choisie) sur Internet.
Je la cite parfois dans mon blog, l'autre.
Souviens-toi. Otir. Full sail ...

- Mais oui ! Le joli billet de Deux choses, l'une.

- Otir vit aux US. C'est mon amie de loin et en silence.
Un silence présent que nous partageons et que parfois nous rompons sans que cela nous rapproche plus, ou moins.
Nous sommes là, dans cet ailleurs virtuel et bien réel.
L’Otisme est une affection rare, un trouble troublant de la charge émotionnelle qui entraîne un attachement accompagné d'une ouverture sur soi, d’un gain de socialisation et d’une perturbation positive qui donne à penser, à panser parfois. Cette affection complexe frappe souvent les personnes qui lisent son blog. Elle a peut-être une origine génétique, mais pas vraiment établie, et je ressens beaucoup d'affection pour elle. Et du respect pour ses combats.
Se battre pour l'école de son fils autiste, Mr Ziti, en est un. C'est le sujet de ce jour.
Je voudrais l'aider et que tu l'aides aussi. Bref, je voudrais que tu sois contaminé par cette affection que j'éprouve pour elle et que tu la propages aussi.
C'est cela ma journée de l'Otisme.

- Qu'est-ce que je peux, qu'est-ce qu'on peut faire pour elle ?

- Lis-la. (Lilas blanc, Lilas violet, peu importe, mais lis-la et/ou suis-la, ici ou ).
Elle te l'explique :
"A vous tous qui participez, quel que soit ce que vous choisissez de faire, que ce soit de me laisser un commentaire, de verser au chipin, de sponsoriser un kilomètre une fois ou chaque fois, de me poser une question stimulante, de relayer sur votre propre blogue, de faire passer un tweet, de rameuter trois cent cinquante cinq nouveaux lecteurs, de changer votre regard sur une personne différente, qu'elle soit étiquetée blanche, bleue ou à pois verts, de transformer votre univers en faisant un petit pas sur le côté pour le regarder d'un nouvel oeil, soyez remerciés du fond de mon coeur qui est très grand et qui a la place pour tout le monde."

Tu peux faire tout cela en même temps ou, pas à pas, une de ces actions, puis une autre.
Un marathon à la fois.

Le paradoxe de la condition humaine, c'est qu'on ne peut devenir soi-même que sous l'influence des autres.
Boris Cyrulnik dans "Les Nourritures affectives"
.

Jour_bleuMr_zitiOtir

Tag(s) : #galerie de portraits

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :