Combien de temps encore les écouter picorer de certitudes en certitudes ?

C'est toujours une grande expédition moderne que de s'aventurer à accepter une invitation à diner avec une dizaine d'autres convives quand on en connait qu'un.

D'abord parce qu'on risque de se trouver 13 à table. Ce qui en soit ne pose pas de problème particulier jusqu'au moment où un ange passe. Le ou la moins accoutumée aux vertus du silence, piaffe en pouffant, soulagé(e) d'engager à nouveau la machine à meubler les blancs "Tiens, nous sommes 13 à table !"
Invariablement, inévitablement, irrémédiablement, la machine policée de la conversation s'engage sur le chemin balisé de la routine.

Historique du chiffre 13, station par la Cène (c'est de quel côté la Seine ?) triskaidékaphobie (et tu sais comment on appelle ceux qui ont la phobie du chiffre 13 ?), inventaire des superstitions contemporaines (toutes archaïques bien sûr, puisque rationalisables. Et post-modernisme oblige, plus personne ne saurait être superstitieux sauf si, enfin, juste au cas où).

Cheminement bien rôdé de platitudes aussi conventionnelles que les armes éponymes dont isolément chacun se moquerait chez les autres, comme je le fais ici, mais qui, curieusement, en société semble retenir l'attention de tous autour du feu d'une conversation nourrie d'une inconsistance dont le vide cimente le temps qui s'écoule lentement entre le plat de résistance et la résistance aux trous dans la conversation. Voilà, c'est ça, ce repas n'en finit pas. Mais que fais-je donc ici ?

Hear the sound of silence. And the vision that was planted in my brain still remains within the sound of silence ...

Vient alors le grand moment. L'apocalypse du monologue convenu où chacun prend la parole à tour de rôle sans la couper au précédent. Le chaos de l'atmosphère qui se détent parce que chacun sent confusément qu'arrive LE sujet qui va échauffer même les esprits réputés pour leur sang-froid : la fin du monde. Maya, calendrier et tutti quanti. Si on devait mourir demain.
Moi, je t'aimerais, Toi, qu'est-ce que tu ferais ?

De 13 à table à la fin du monde. On va y arriver. C'est sûr.
Qui sera le premier à en parler ? Lui ? Elle ? Joli son bracelet. Non, plutôt lui. C'est quoi déjà son prénom ? J'aurais dû utiliser un moyen mnémotechnique. Ou plutôt elle, elle a une tête à tout savoir de la fin de monde.

De 13 à table à la fin du monde. On va y arriver. Inévitablement. Hibou, porte, clou. Hibou, chou, caillou, genou... 

Pas cette fois.
Parfois cela peut dériver sur la possibilité d'une île. La possibilité d'une ïle..

- Et toi Myriam, quand penses-tu ?

- Quand est-ce que je pense ? ... Je ne sais pas. Quasiment tout le temps. C'est difficile de ne penser à rien. De ne pas penser. Penser à rien, c'est déjà...

- Non, qu'en penses-tu ? Ce que tu en penses.

- De ? Pardon. J'étais perdue dans mes pensées.

- Qu'elle est drôle ! De la finitude du savoir. Avec Internet, on est partout, on sait tout sur tout, si l'on excepte les questions existentielles philosophiques, bien sûr.

- Ah. Oui. Bien sûr.

Comment diable sont-ils arrivés de 13 à table à Internet ? Où est-ce que j'ai raté la connection à la connexion ?

- Alors ? Tu en dis quoi ?

- J'en dis que ce n'est pas la fin du monde ... des mystères de la méconnaissance.

Oui, on s'imagine qu'on sait tout sur tout et qu'on est partout, mais c'est une autre belle illusion.
Just an illusion ... Never let your feelings get you down Open up your eyes and look around It's just an illusion, illusion, illusion.
Il existe la possibilité d'une île.
Inculte, un peu comme une insulte à tous les savoirs que l'on croit avoir au bout des doigts posés sur le clavier.

Consternation. Ou je continue et ils sont rassurés sur ma santé mentale. Ou je m'arrête là et je suis cataloguée comme au mieux étrange ou pire comme folle.

C'est toujours une grande expédition moderne que de s'aventurer à accepter une invitation à diner avec une dizaine d'autres convives quand on en connait qu'un.

Mais un, c'est suffisant pour assurer le filet de sécurité qui évite ce moment gênant où ce n'est plus seulement moi qui me demande ce que je fais là, mais les treize convives en même temps. Qu'on vive en même temps.

- Non ? Pas Houellebecq de mouette quand même. Quelle est cette histoire d'ïle de garde, Myriam ?

- D'accord. Let's go.
Les enfants sortez vos smartphones, vos tablettes et ouvrez grand vos yeux.

C'est l'histoire d'une île qui fait les belles lignes de l'Internet d'aujourd'hui. Une île du Pacifique Sud. Elle s'appelle Sandy Island. Vous pouvez vérifier. Ah c'est impoli les smartphones à table. Oui c'est vrai. En tout cas.
En tout cas, cette île est répertoriée par Google Maps et de nombreux atlas mondiaux. En papier et numériques. Donc on sait qu'elle existe et où elle se trouve. Enfin presque. A mi-chemin entre l'Australie et la Nouvelle Calédonie. Ou entre l'Amérique du Sud et la Nouvelle-Zélande. Ou à 19°13' de latitude sud et 159°56' de longitude est. Mais ce qui est sûr, ou pas, c'est qu'elle mesure 25 km de long et 5 de large, dans les eaux territoriales françaises.
Pour tout vous dire, elle a même sa page Wikipedia. Actualisée aujourd'hui.

- So what ? Nous avons encore perdu une colonie ?

- Peut-être.
Si elle existe dans les Atlas et sur Internet, on peut consulter une collection de cartes où elle apparaît, ou pas. Mais dans ce que le commun des mortels décrirait comme "en vrai", point d'île dans l'Océan des certitudes. D'après une équipe de scientifiques australiens, qui s'est dit "On verra, allons voir si on la trouve"  et l'a cherchée en vain pendant 25 jours, à la place, il n'y a que l'immensité des grands fonds.
Est-il pour autant prouvé qu'elle n'existe pas ? De temps à autre et là, ou tout le temps et ailleurs ?

C'est toujours une grande expédition moderne que de s'aventurer à accepter une invitation à diner avec une dizaine d'autres convives quand on en connait qu'un.

- Et toi Myriam, qu'en penses-tu ?

- Euh. Je ne sais pas... je pense à Orsenna.
Quelque chose du genre, la possibilité d'une ïle.
La connaissance serait comme cette île. Par définition fragile, nomade. Tout le monde a peur qu'elle se dissolve à un moment donné ou parte à la dérive.

- Les dérives de l'Internet. Ah oui les dérives de l'Internet, parlons-en !

Sauvée de mes dérives internes pas très nettes par celles de l'Internet.

- On peut fumer ?

- Oui, bien sûr. On s'en grille une ?

 

DunhillCigare

 

- La possibilité Dunhill.

- La possibilité du nihil.

Nihil ex nihilo

 

 

Tag(s) : #galerie de portraits

Partager cet article

Repost 0