- Les amis, je m'absente.

- Mais tu vas où, tu fais quoi ?

- Je vais vous laisser pour 70'. Je vais voir des potes.

- Hein ?

- Pas loin, dans le petit salon et je reviens dans 70 minutes.
Faites comme si je n'étais pas là.

- Justement, ça va être compliqué.

- OK. Alors, venez avec moi. Je vous invite.
Direction Le Grand Webze. Dans le petit salon, ça commence dans 10 mn.

- Cette fille est folle !

- Fallait pas l'inviter ! (rires)

- Voilà, tu es dans l'esprit.

Lancement du générique.

- C'est sur France 5 ?!? Alors ça, c'est le pompom !

- Chut !

- Astier ! J'adore Astier. Tu le connais ?

- Non !

- C'est qui les autres ?

J'explique avec mes mots, partiaux, maladroits, affectifs, amicaux. Affectés.
C'est moi qui ai le trac.
Peur que ceux que je viens de forcer à s'enfiler 70 mn de direct sur France 5 dégoisent, leur fondement bien installé dans leur fauteuil, ancrés dans leur IRL, avec leur mots de déconnectés qui s'extasient le samedi soir chez Ruquier. Pas d'offfense. J'ai juste peur qu'ils ne comprennent pas.

Je déteste devoir expliquer. J'aime les gens qui comprennent d'eux-même. Et comme tout(e) despote éclairée par une fêlure, je déteste qu'ils comprennent "de travers".
Mais je laisse dire. Parce que je déteste devoir expliquer plus que d'entendre des niaiseries. Et parce qu'après tout ... mais c'est une autre histoire.

Peur qu'ils s'ennuient, qu'ils se moquent - la trollitude est un caractère inné, même IRL - qu'encore une fois ils soient largués et que la faille apparue il y a 5 ans, transformée en fossé depuis, s'élargisse encore.

Cette séparation entre nous que j'enjambe sans cesse sans qu'ils la perçoivent.

C'est donc moi qui ai le trac.

Et je comprends.

Je comprends que Le Grand Webze, ce n'est pas tant cette foutaise pompeuse foutraque que je lis ça et là - réconcilier le web et la télévision - dont il s'agit.
Mais bien de construire un pont entre les gens. Un chemin - un patos. Entre ceux du dedans de l'Internet, ceux qui attendent à la porte en se demandant comment entrer et ceux du dehors qui passent au loin sans même regarder l'écran. Un pont pour passer par-dessus cette séparation. Aller et retour.

Et je regarde, François Rollin, l'homme du dehors, Cyrille de Lasteyrie l'homme du dedans.
Le tandem fonctionne. Ils savent danser la valse. Deux facettes d'une même pièce.
Florence Porcel, la fille qui pose les premières pierres. Et le pont se construit.

En musique et avec des problèmes de son. ça ne taille pas toujours la bavette en rythme. Mais chaque tablier du pont est un nouveau tableau. Les gestes ne sont pas toujours précis, parfois ça coince aux entournures, l'erreur humaine est bien sûr présente. Mais les fondations sont là et les éléments porteurs se posent.
Pas trop hauts pour ne pas donner prise au vent, pas trop courts pour supporter la charge.

Pendant ce temps-là, ça fourmille de discussion chez mes amis ancrés dans l'IRL. Mais ils ne sont plus sous les ponts de cette "fracture numérique" qui s'élargit. 
Embarqués. Intéressés. Étonnés. Amusés. Hélène ioudg n'y est pas pour rien.
Certes, ils sont toujours prompts à voir la poutre dans l’œil du téléviseur. Mais les ponts se construisent aussi avec des poutres !
ça ne se moque plus, ça discute. De l'identité de l'aristochat de gouttière qui lit dans les toilettes de Ioudg. De la pertinence ou pas de faire entrer le web dans la télévision. De l'autocongratulation bobosphérique. Sérieusement. Et je souris.
Je leur pardonne, les malheureux, ils ne savent pas ce qu'ils disent. Ils n'ont pas encore compris que le web, c'est aussi eux. Quand ils auront traversé le pont. Et je sais qu'ils seront au rendez-vous de la prochaine émission.

Comme tout chantier de pont suspendu en construction, le Grand Webze est un ouvrage d'art qui relève du génie civil. J'aime beaucoup ce double-entendre.

Si ça ne se voit pas à l'oeil nu, ça viendra, car comme chacun devrait le savoir, les ponts suspendus permettent de plus grandes portées...

A condition d'avoir du câble. Donnez-leur du câble !

Rendez-vous pour la prochaine, le 25 novembre 2011 sur France 5 à 23h35.

Pour visiter le chantier.
Pour donner votre avis de bâtisseur
Pour suivre la construction entre deux réunions de chantier

East_river

Tag(s) : #Actu

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :